Yesterday 00 02 04 06 08 10 12 14 16 18 20 22 
2020-08-14 21:57:13
Next Page: 25
          

Gâteaux noix à tout casser   

Cache   

PICT0034

Nous sommes comme les noix,nous devons être brisés pour être découverts mais si vous donnez une noix à quelqu'un, donne-lui aussi de quoi la casser!

(Proverbe Géorgien)

Ok, vu. Alors  choisissez dans ma collection le casse noix qui vous convient le mieux :-)

rompenuecessirena

COUPER0294_1

img_918

rompenueces_cocodrilo2

connuezabiertaojodigitall2

11202400_EX_5B1_5D

hilary_rompenueces

rompenueces_perro2

tredrossistativ

Et Maintenant que vous avez les outils, cassez jusqu'à obtenir 200 gr de cernaux de noix

mais bien sûr vous pouvez aussi utiliser des cernaux de noix déjà pelés !!!

Pour le reste de la recette de mes ..

Petits Gâteaux aux Noix et fruits Confits

PICT0031

Il vous faut

120 g de beurre ,4 oeufs ,60 g de farine

1 petit verre à liqueur de rhum ,1 pincée de sel , fruits confits

pour la décoration, à votre convenance: sucre glace, cernaux de noix, fruits confits, chocolat(S)

Façon de faire

Hâchez les noix dans votre mixeur, ajouter à cette poudre 100 ge de sucre +les fruits confits

Réservez...

PICgateau67810

Mélangez le beurre ramolli avec les 100gr de sucre restants jusqu'à obtenir un mélange bien blanc

Ajoutez ensuite les oeufs un à un, puis la farine, le sel, la poudre de noix hâchée avec le sucre et le rhum

Mettez ensuite la préparation dans un moule, ou plusieurs petits moules individuels

Au four 180° pour 30 min environ, le(s) gâteau(x) ne doit(vent) pas être trop cuits.

Vous pouvez servir nature...

Pgateau015

Ou

saupoudrés de sucre glace ou peints avec différentes sortes de chocolats juste fondu au bain Marie

Petits_gateaux_noix_soleil

C'est succulent!!! ça vaut la peine de se donner la peine de casser des noix!

Je vous souhaite un week end SUCCULENT!

Bisous

Conseil marin du jour:-)

Pour lutter contre le mal de mer, sucez une noix. Si vous n'avez pas de noix, allez-y en bicyclette!!!!!

Animation1

Petite animation faite maison, si,si!!!

Toutes les recettes du blog

Cliqueznoix!!!!

Illustration_Juglans_regia1


          

Énigme   

Cache   

Bonjour, Les pieds dans un autre monde, un petit garçon a traversé imprudemment le voile et nous devons trouver le moyen  de le faire revenir. Il communique encore avec ce côté mais ça devient de plus en plus difficile. Il apparaît au même endroit à une certaine heure, ses parents sont entrain de se résigner. …

          

L'éducation et les Lumières. Enjeux philosophiques et didactiques contemporains   

Cache   

Quel peut-être aujourd'hui notre rapport aux Lumières, nous autres éducateurs ? Quels repères intellectuels pouvons-nous trouver dans cette tradition critique et qui pourraient féconder notre pensée et notre action ? Quels sont les mythes et les idéologies suscités par cette tradition dont nous devons nous méfier ? Pouvons-nous reprendre à notre compte quelque chose du « projet normatif » des Lumières en dépit de ses ambiguïtés ? Sans ignorer toute la diversité des Lumières, nous avons choisi de centrer le propos de ce livre sur les idées d'esprit critique et d'émancipation telles qu'elles émergent du texte de Kant, Qu'est-ce que les Lumières ?

L'ambition de ce travail, issu du séminaire « Questions Socialement Vives et Valeurs en Éducation » du Centre de Recherche en Éducation ...


          

Ce qu'apprendre aux autres m'a appris   

Cache   

Branchez vous sur Agnes Obel pour lire


Enseigner c'est transmettre, c'est bousculer les évidences, c'est venir bousculer les torpeurs qui peuvent paralyser, c'est venir aider à briser les murs de verre que certains construisent autour d'eux pour éviter de se confronter et d'affronter la réflexion.

"Il faut tout un village pour élever un enfant." Proverbe Africain

Apprendre c'est oser, c'est se tromper, c'est accepter ses erreurs, accepter le vide, accepter de se questionner, accepter le non pour aller vers le oui.

Apprendre c'est accepter de se laisser guider dans des chemins nouveaux, tortueux, inconnus, déroutant.

Apprendre c'est se dire que chaque personne, chaque situation, chaque moment vous permet de voir, de ressentir, d'éprouver de nouvelles choses, de reconsidérer sa vision de la vie pour avancer mieux, différemment.

Apprendre permet de se construire. Apprendre c'est se sentir grandir en sachant davantage de choses. Apprendre c'est se sublimer.

Chaque personne est un univers, chaque personne détient son propre univers, chaque personne tient en elle-même toute une part de richesses. 

Gardez à l'esprit que goutte à goutte l'eau finit par traverser la pierre, la persévérance est la clef de tout.

Je garde en tête comme une ritournelle le slogan de Barack Obama "Yes, we can", je garde en tête que je peux me tromper, tout comme vous et que nos erreurs nous permettent d'apprendre.


"We must learn to live together as brothers or perish together as fools."* Martin Luther King. Jr.


*"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou nous mourrons ensemble comme des idiots.

          

FAD 2018 - 50 crediti ECM   

Cache   

Anche per il 2018, 50 crediti ECM gratuiti per tutti coloro che parteciperanno il 29 e 30
novembre 2018 al:

 

29° Congresso di Chirurgia dell’Apparato Digerente
e 15° Corso per Infermieri di Sala Operatoria

 

Tutti coloro che avranno una permanenza, almeno del 75% dei lavori, potranno accedere gratuitamente a
due corsi FAD (15+35 crediti) per complessivi 50 crediti.

Il partecipante deve controllare che ogni volta che entra ed esce dalle aule il badge venga regolarmente
letto con il lettore laser della hostess.

Per ottenere i crediti ECM i partecipanti devono seguire il percorso di formazione previsto dalla FAD e
compilare correttamente il questionario di valutazione.

Al fine di poter garantire il corretto invio delle credenziali ed il conseguente accesso alle FAD il
partecipante è tenuto a fornire un indirizzo mail valido. Non è possibile utilizzare lo stesso indirizzo mail
per più di un partecipante.

Il percorso formativo propone un compendio delle migliori presentazioni in videoconferenza svoltesi nelle
varie edizioni del Congresso, manuali di tecnica ed altro. Per facilitare lo svolgimento dell’apprendimento,
abbiamo deciso di implementare due FAD:

una da 15 Crediti ECM ed una da 35 crediti ECM da svolgere dopo il Congresso di novembre.

ATTENZIONE: tutti coloro che si iscriveranno entro e non oltre il 15 luglio 2018 riceveranno le credenziali
di accesso alla FAD da 15 crediti entro il 31 luglio e potranno cominciare a svolgere la FAD dal momento
della ricezione delle credenziali.

Tutti coloro che si iscriveranno dopo il 15 luglio 2018 riceveranno le credenziali per accedere alla FAD da
15 crediti dopo il Congresso e, come per quella da 35 crediti, solo se avranno raggiunto il tempo minimo
di permanenza in aula pari al 75% dei lavori congressuali.

Per partecipare alla FAD dovrai accedere con le tue credenziali su www.laparoscopicfad.it.

Per urgenze è disponibile il servizio email customercare@softitalia.net

Per info della FAD chiamare:

Informazioni generali ed iscrizioni:

Tel. 06 45213413

Cell. 333.4694366

Informazioni tecniche:

Tel.: 081.19313816


          

FAD 2019 - 50 crediti ECM   

Cache   

Anche per il 2019, 50 crediti ECM gratuiti per tutti coloro che parteciperanno il 28 e 29
novembre 2019 al:

 

30° Congresso di Chirurgia dell’Apparato Digerente
e 16° Corso per Infermieri di Sala Operatoria

 

Tutti coloro che avranno una permanenza, almeno del 85% dei lavori, potranno accedere gratuitamente a
due corsi FAD (15+35 crediti) per complessivi 50 crediti.

Il partecipante deve controllare che ogni volta che entra ed esce dalle aule il badge venga regolarmente
letto con il lettore laser della hostess.

Per ottenere i crediti ECM i partecipanti devono seguire il percorso di formazione previsto dalla FAD e
compilare correttamente il questionario di valutazione.

Al fine di poter garantire il corretto invio delle credenziali ed il conseguente accesso alle FAD il
partecipante è tenuto a fornire un indirizzo mail valido. Non è possibile utilizzare lo stesso indirizzo mail
per più di un partecipante.

Il percorso formativo propone un compendio delle migliori presentazioni in videoconferenza svoltesi nelle
varie edizioni del Congresso, manuali di tecnica ed altro. Per facilitare lo svolgimento dell’apprendimento,
abbiamo deciso di implementare due FAD:

una da 15 Crediti ECM ed una da 35 crediti ECM da svolgere dopo il Congresso di novembre.

IMPORTANTE:
Le FAD in corso vanno terminate entro il 31/12/2019 in quanto per disposizioni ministeriali il triennio formativo 2017-2019 si chiude a fine anno.

ATTENZIONE: tutti coloro che si iscriveranno entro e non oltre il 15 giugno 2019 riceveranno le credenziali
di accesso alla FAD da 15 crediti entro il 31 luglio e potranno cominciare a svolgere la FAD dal momento
della ricezione delle credenziali.

Tutti coloro che si iscriveranno dopo il 15 giugno 2019 riceveranno le credenziali per accedere alla FAD da
15 crediti dopo il Congresso e, come per quella da 35 crediti, solo se avranno raggiunto il tempo minimo
di permanenza in aula pari al 85% dei lavori congressuali.

Per partecipare alla FAD dovrai accedere con le tue credenziali su www.laparoscopicfad.it

Per urgenze è disponibile il servizio e-mail customercare@softitalia.net

Per info della FAD chiamare:

Informazioni generali ed iscrizioni:

Tel. 06 45213413

Cell. 333.4694366

Informazioni tecniche:

Tel.: 081.19313816


          

FAD 2020 - 50 crediti ECM   

Cache   

Anche per il 2020, 50 crediti ECM gratuiti per tutti coloro che parteciperanno il 19 e 20
novembre 2020 al:

 

31° Congresso di Chirurgia dell’Apparato Digerente
e 17° Corso per Infermieri di Sala Operatoria

 

Tutti coloro che avranno una permanenza, almeno del 85% dei lavori, potranno accedere gratuitamente a
due corsi FAD (15+35 crediti) per complessivi 50 crediti.

Il partecipante deve controllare che ogni volta che entra ed esce dalle aule il badge venga regolarmente
letto con il lettore laser della hostess.

Per ottenere i crediti ECM i partecipanti devono seguire il percorso di formazione previsto dalla FAD e
compilare correttamente il questionario di valutazione.

Al fine di poter garantire il corretto invio delle credenziali ed il conseguente accesso alle FAD il
partecipante è tenuto a fornire un indirizzo mail valido. Non è possibile utilizzare lo stesso indirizzo mail
per più di un partecipante.

Il percorso formativo propone un compendio delle migliori presentazioni in videoconferenza svoltesi nelle
varie edizioni del Congresso, manuali di tecnica ed altro. Per facilitare lo svolgimento dell’apprendimento,
abbiamo deciso di implementare due FAD:

una da 15 Crediti ECM ed una da 35 crediti ECM da svolgere dopo il Congresso di novembre.

ATTENZIONE: tutti coloro che si iscriveranno entro e non oltre il 15 giugno 2020 riceveranno le credenziali di accesso alla FAD da 15 crediti entro il 31 luglio e potranno cominciare a svolgere la  AD dal momento della ricezione delle credenziali.

Tutti coloro che si iscriveranno dopo il 15 giugno 2020 riceveranno le credenziali per accedere alla FAD da 15 crediti e da 35 crediti dopo il Congresso solo se avranno raggiunto il tempo minimo di  permanenza in aula pari al 85% dei lavori congressuali.

Per partecipare alla FAD dovrai accedere con le tue credenziali su www.laparoscopicfad.it

Per urgenze è disponibile il servizio e-mail customercare@softitalia.net

Per info della FAD chiamare:

Informazioni generali ed iscrizioni:

Tel. 06 45213413

Cell. 333 4694366 – 393 8860106

Informazioni tecniche:

Tel.: 081.19313816


          

L’évolution des revenus ? Le fruit de longues tendances économiques   

Cache   

Bientôt, les pays qui n’ont pas encore connu leur révolution industrielle vont décoller : ils verront la plus forte croissance des revenus de leurs citoyens à mesure qu’ils capturent une partie des gains à l’échange.
Nos petits soubresauts de tous les jours sont le fruit de longues tendances économiques qui s’étalent sur des décennies, voire des siècles.
Rien ne le prouve mieux que les quelques graphiques qui suivent.
Essentiellement, au cours des 20 années allant de 1998 à 2008, la classe moyenne asiatique a vendu des biens et des services à la planète entière sous la supervision des 1 % les plus riches. Ces deux groupes ont profité de cet effort.
Les classes pauvres et moyennes de l’Occident n’en ont pas autant profité.
Si vous lisez mes articles sur les revenus américains, vous ne serez peut-être pas surpris. Sous les présidents G. W. Bush et Obama, le revenu médian des ménages n’avait augmenté que de 400 et 1043 dollars, respectivement, en huit ans (après ajustement pour l’inflation).
En Europe, les revenus ont également stagné dans de nombreux pays, dont la France, dans un contexte de croissance nulle.

COMMENT EXPLIQUER LA STAGNATION DES REVENUS EN EUROPE ET AUX ÉTATS-UNIS ?

Une question évidente serait de demander pourquoi ? Eh bien, avec des coûts de logistique et de transport en forte baisse et des réglementations tatillonnes (ici et ) et des taxes sur le travail toujours en forte hausse aux États-Unis et en Europe, il était judicieux de produire en Asie plutôt qu’à Detroit ou à Trith-Saint-Léger.
Ce graphique explique les forts courants contre le libre-échange aux États-Unis et en Europe occidentale, en particulier parmi les personnes les moins instruites, et illustre les nombreux tremblements de terre politiques (Brexit, élections américaines, populisme en Europe continentale) qui ont laissé les « élites » et les médias grand-public perplexes.
Après tout, la théorie des avantages comparatifs est le sujet économique le plus déroutant et très peu de gens réalisent que la politique tarifaire optimale est le droit de douane nul et unilatéral. Par conséquent, sans une compréhension solide et générale du domaine, une résurgence des politiques anti-commerce est toujours à nos portes.
Une chose que le graphique n’expose pas parce qu’il se préoccupe des revenus est qu’au revers de la médaille, la classe moyenne inférieure du monde occidental a pu acheter des produits toujours moins chers au supermarché.
Ainsi, chaque être humain sur la planète a connu un gain économique au cours des trois dernières décennies. Les riches et les pauvres deviennent toujours plus riches.
De plus, ces différentiels de gains sont toujours temporaires. Même si le premier graphique ci-dessus donne l’impression que les plus riches tirent bien leur épingle du jeu économique, il n’en va pas toujours ainsi.
En effet, le top 1 % vit essentiellement de revenus variables tirés de l’entreprenariat. Or, un entrepreneur ne gagne que ce qu’il reste d’une activité économique après que tous les facteurs de production aient été payés.
Lors d’une période de crise, comme en 2008-2010, ses revenus baissent considérablement (ou augmentent moins que ceux des autres acteurs économiques) :

CE DÉSÉQUILIBRE N’EST QUE TEMPORAIRE

Il correspond à un décalage du début de la révolution industrielle dans les différents pays du monde qui fait que certains pays – Royaume-Uni, France, Allemagne, États-Unis ont devancé d’autres pays et se sont considérablement enrichis, relativement, avant d’autres.
En 1820, la Chine et l’Inde représentaient environ la moitié du PIB mondial. Quand le boucher communiste Mao en eut fini avec son « Grand bond en avant » (c’est-à-dire en arrière !) en 1962, la part de la Chine dans le PIB mondial était au plus bas de l’histoire humaine à 4,01 %.
Quant à l’Inde, sa part était tombée à 3,03 % juste avant que Rajiv Gandhi n’arrive au pouvoir en 1984 et libéralise les achats de devises, les voyages, les investissements étrangers et les importations.
Ce n’était une question de temps avant que ces pays ne regagnent une part de l’économie mondiale en proportion de leurs populations considérables. Aujourd’hui, la Chine et l’Inde représentent environ un tiers de l’économie et de la population mondiale.
Ce dernier graphique montre l’impact économique de tous les grands événements du monde – la Révolution russe de 1917, les guerres mondiales, la crise de 1929 aux Etats-Unis, la fin de la croissance japonaise en 1990, l’effondrement de l’URSS et, bientôt, le dépassement de l’économie française par celle du Nigéria – mais il montre surtout que, contrairement aux plans quinquennaux chinois, la hausse de la part de la Chine dans le PIB mondial n’est pas inéluctable.
Bientôt, les pays qui n’ont pas encore connu leur révolution industrielle vont décoller : ce sont eux qui verront la plus forte croissance des revenus de leurs citoyens à mesure qu’ils capturent une partie des gains à l’échange.
Nous pouvons et devons faire en sorte que ce soit à l’avantage de tous nos concitoyens en ne distordant pas les marchés du travail, de l’énergie ou des transports avec des règlementations pointilleuses et des taxes confiscatoires.

          

La fausse bonne idée de la décroissance   

Cache   

Les prévisions apocalyptiques malthusiennes dont s’inspirent les partisans de la décroissance sont sans fondement.

Un article de l’Institut économique de Montréal
Récemment, une série de capsules vidéo sur la « décroissance économique » et ses bienfaits a enflammé la toile québécoise. Cette série, produite par Radio-Canada, suggère que nous vivons sur une planète de moins en moins propre, plus pauvre, mal nourrie et que la santé des humains diminue.
Il n’y aurait qu’une minorité de riches qui tirent profit de la situation actuelle et ceux-ci alimentent une croissance effrénée qui nous pousse à demander à la Terre davantage que ce qu’elle est capable d’offrir. En somme, notre existence est actuellement insoutenable, et seule la décroissance permettrait de vivre en harmonie avec notre planète.

LE TRIOMPHE DE MALTHUS

Ce discours alarmiste repose sur les idées de Thomas Malthus, un démographe anglais du XVIIIe siècle. Malthus affirmait que la croissance de la population et celle de la production étaient insoutenables et que les ressources de la planète seraient bientôt épuisées. Ultimement, il prédisait des famines, une croissance importante de la pauvreté et rien moins que la fin de l’humanité, si rien n’était fait pour contrôler l’augmentation de la population.
En agriculture, les rendements ont tellement augmenté que l’on peut nourrir un nombre croissant de personnes avec une superficie équivalente : la production mondiale de céréales a presque quadruplé en 50 ans, alors que la superficie des terres cultivées est demeurée relativement stable. Pourquoi ? La recherche du profit a incité les agriculteurs à augmenter leur productivité, les fournisseurs de machinerie et de semences à offrir des produits améliorant l’efficience du travail et le rendement des céréales.

UNE DÉCROISSANCE AUX PRÉVISIONS SANS FONDEMENTS

Dans la logique malthusienne, pour quadrupler la production, il aurait fallu quadrupler la superficie des terres cultivées, ce qui aurait accru la déforestation. Au contraire, l’innovation a permis de la réduire alors même que le niveau de développement économique augmente. C’est d’ailleurs principalement dans les pays moins développés que l’on observe une diminution du couvert forestier.
Les prévisions apocalyptiques malthusiennes sont sans fondement. L’idée de la décroissance peut paraître séduisante à première vue ici, dans l’une des sociétés les plus riches au monde, mais elle ne ferait certainement pas consensus dans les pays en développement, aux économies peu productives, et où les gens vivent malgré eux selon l’idéal des disciples de Malthus.
Pourquoi ? Parce que plus un pays s’enrichit, plus le taux de mortalité infantile diminue, plus le travail effectué par des enfants diminue, plus le niveau de pauvreté absolue diminue (il est passé de plus de 80 à seulement 10 % en deux siècles), plus le nombre d’heures travaillées diminue, plus les inégalités entre les hommes et les femmes diminuent, plus le taux de mortalité lié à la malnutrition diminue, plus l’espérance de vie augmente, etc. La théorie économique explique ces relations par la division et la spécialisation du travail, qui sont rendues possibles par les échanges commerciaux.

UN MEILLEUR ENVIRONNEMENT

Au bout du compte, grâce à la hausse du niveau de vie, nous avons davantage de temps pour notre famille et nos loisirs, tout en ayant une meilleure qualité de vie, ce qui serait impossible dans un monde où les idées malthusiennes triompheraient.
Et l’environnement ? La croissance économique nous permet de consacrer davantage de ressources à la recherche afin d’innover, et cette innovation nous permet d’en faire plus avec moins. Dans une société plus riche, où les besoins de base sont couverts, l’environnement devient une plus grande source de préoccupation,  favorisant ainsi le développement d’un cadre réglementaire minimal, qui protège à la fois la propriété privée et nos écosystèmes. Ainsi, une entreprise qui pollue doit rendre des comptes, ce qui contribue à la protection de nos cours d’eau et de nos forêts.
Ce cadre réglementaire est souvent absent dans les pays moins développés. Dans cette perspective, on est moins surpris d’apprendre que plus de la moitié des déchets polluant nos océans proviennent de cinq pays où la propriété privée et le niveau de développement économique sont relativement faibles (Chine, Indonésie, Philippines, Vietnam et Sri Lanka).
Tout cela ne signifie pas que nous ne devons pas faire d’efforts supplémentaires pour être plus écologiques dans notre consommation et réduire la quantité de déchets que nous produisons. Par contre, il va de soi que les solutions proposées par des entrepreneurs seront beaucoup plus utiles que des prévisions apocalyptiques qui proposent un système contraignant et appauvrissant.
Article initialement publié en août 2018.

          

Nos Églises * Notre Histoire   

Cache   


Par Louise V. Labrecque

La Sainte Famille et le Saint Laurent



C’est à la Sainte-Famille que se groupa d’abord la population de l’île d’Orléans.

Mes ancêtres, comme plusieurs autres familles souches du Québec, sont arrivés de France, plus précisément de Dieppe, en Normandie, afin de fonder la Nouvelle-France. Arrivés à la belle saison, les marins Pierre, Jean et Jacques arrivèrent à l’île après une longue traversée, foulant le sol la première fois à Sainte-Famille, paroisse la plus ancienne de l’île, avec les plus anciens registres paroissiaux s’ouvrant en 1666.

Fort d’une belle dévotion à La Sainte Famille, monseigneur François de Laval lui rendit hommage en la nommant ainsi à sa fondation, en 1661. Le premier curé fut François Lamy. C’est lui qui collabora à l’édification de la première église Sainte-Famille, vers 1669, laquelle fut érigée canoniquement en 1684. Autour d’elle, la vie s’organise rapidement. L’église reçoit le mandat d’éducation et d’hospitalisation. Pionnière de l’architecture religieuse du Régime français et rare témoin de celui-ci, de style classique, sa façade, entreprise en 1743 fut reprise en 1808 et  1843. L’église de pierres remplace donc la première église, plutôt une chapelle, située non loin, un peu plus au nord. En 1679, quatre autres paroisses sont fondées sur l’île d’Orléans.

La paroisse de la Sainte-Famille est toute située dans le fief de Charny-Lirec, concédé à Charles de Lauzon-Charny avant 1656 et qui passa aux mains de Mgr de Laval le 2 septembre 1666. Le soi-disant fief Maheu, de 15 arpents de front, situé sur l’extrémité ouest de la paroisse, s’étendait sur toute la largeur de l’île. Il fut concédé à René Maheu en 1651, mais les habitations Maheu ne furent construites que 10 à 15 ans plus tard. Entre 1667 et 1681, nombre des pionniers de Sainte-Famille allèrent se fixer dans les autres paroisses de l’île, où le défrichement progressait également.

Saint-Laurent est porte le nom de Saint-Paul jusqu’en 1698. Le saint patron de la paroisse est Saint-Laurent de Rome. La première église fut une petite chapelle en bois, construite en 1675 par le maître-charpentier Charles Pouliot. Elle était située à 100 m de l’église actuelle, à l’ouest. Ensuite, une première église de pierre fut érigée en 1697, puis l’église actuelle fut construite en 1860. Devant le monument extérieur dédié au Sacré-Cœur, les grandes portes de bois sont peintes en carmin ; pour les atteindre, nous devons gravir quelques marches, face au fleuve, non loin du Club nautique, à côté d’un grand stationnement, point de départ d’un beau tour de l’île déroulant lentement le ruban du chemin Royal. L’église a la forme d’une croix latine avec un transept et des croix latérales. En 1700, la paroisse est desservie par un missionnaire ; au même moment, cette année-là, arrive le premier curé à Saint-Laurent. C’était un curé-résident, l’abbé François Poncelet. Le 27 août 1714, l’église est érigée canoniquement et le 27 juin 1759, l’église est épargnée du saccage de l’armée britannique.

En somme, par la richesse de son histoire et de son patrimoine religieux, l’île d’Orléans, microcosme du Québec, est aussi la gardienne de ce que nous avons fondé de meilleur, individuellement et collectivement ; ses églises en sont un exemple, de même que ses croix de chemin, ses chapelles, ses cimetières et ses presbytères. Pour en mesurer toute la profondeur, il faudrait remonter jusqu’à Jacques Cartier, débarqué sur l’île il y a longtemps, en 1535; l’île s’appelait alors Windigo « le coin ensorcelé », en algonquin. Depuis, une présence surnaturelle l’habite, c’est certain, comme si un ange, ou une bonne étoile veillait sur elle et sur nous toutes et tous pour l’éternité.


          

La voglia di sicurezza deve partire da ognuno di noi   

Cache   

PER REGISTRARSI SCRIVERE A ALAXANDAIR[CHIOCCIOLA]MOTOSICUREZZA.COM - TO REGISTER CONTACT ALAXANDAIR[AT]MOTOSICUREZZA.COM

-----

Qualche tempo fa tornando a casa, per chi è di Roma ero su via C. Colombo, ho ahimè visto un brutto incidente. Un carabiniere motociclista, a bordo di una moto di grossa cilindrata, aveva perso l’equilibrio durante una frenata ed era quindi stato disarcionato dalla moto, almeno questo mi pareva dalla disposizione dei veicoli. Il carabiniere, purtroppo, sembrava gravemente ferito, era disteso immobile, con il casco ancora indossato, in attesa di soccorsi. Certo non stupendomi, vedendo le cose del nostro Paese, ma con grave tristezza, mi sono accorto che il carabiniere indossava nessun abbigliamento protettivo, tranne guanti, casco e stivali (e sul fatto che guanti e stivali fossero classificati come D.P.I., cioè certificati, ho i miei dubbi). Solo Dio lo sa, ma una giacca protettiva e certificata, un paraschiena, magari avrebbero evitato delle lesioni. Similmente qualche anno fa, durante il Moto Days a Roma, un agente di Polizia Penitenziaria mi confidò che perfino i guanti che utilizzava in servizio se li era comprati da solo. Ogni estate vedo per Roma agenti delle ff.oo. sfrecciare ad alta velocità in camicie a maniche corte e casci modulari con mentoniera alzata. E’ assurdo come lo stato non curi i “propri tutori” e li lasci in balìa di scelte personali, sul proteggersi o meno. E’ assurdo a livello morale, ma è assurdo anche a livello economico. Benché mi sembri di fare una penosa “gara a chi ha più morti”, è palesemente più vantaggioso a livello economico dotare i poliziotti di abbigliamento protettivo certificato, piuttosto che curar loro spese mediche a seguito di lesioni. Peraltro dalla Spagna all’Inghilterra, passando per la Rep. Ceca, sempre più ff.oo. adottano abbigliamento protettivo.

un poliziotto a Praga, ad Agosto a circa 30°C, notare oltre all’abbigliamento completo, che viene usato su una moto ben più piccola dei “nostri” BMW 1200, foto dell’autore

Ma partendo dalla visione dei poliziotti italiani che sfrecciano a mentoniera alzata, che quindi non abbassano loro consapevolmente, non si proteggono “apposta”, mi viene da pensare: ma gli italiani hanno realmente voglia di proteggersi? Sono anni che sentiamo discorsi sulle buche stradali, su guard rail assassini. Discorsi assolutamente corretti, lo dico a scanso di equivoci, ma che per essere risolti deve subentrare una volontà politica (di costruire bene le opere pubbliche e farci corretta manutenzione), devono essere stanziati fondi e deve passare del tempo. Benché vi siano proposte, lentamente accettate dalle amministrazioni, come quelle della ProMBS –che propone essenzialmente l’apporre sopra il guard rail delle protezioni in plastica specificatamente studiata e formata-, che consistono nel mettere in sicurezza i guard rail già esistenti, la miglior soluzione immediata per il motociclista è il proteggersi subito ed individualmente. E’ inutile lamentarsi nei bar, con moto da bar, di come siano pericolosi i guard rail e di come siano criminali i politici e le amministrazioni che li fanno costruire, se poi si gira con casco demi jet e polo, sopra una moto da 150 cv per 150 kg. Verba docent, exempla trahunt, dicevano gli antichi, ed è bene, se si vuol sicurezza, in primo luogo partire da sé stessi e utilizzare abbigliamento protettivo e certificato. Io sono stanco di sentire nelle fiere discorsi sul prezzo dell’abbigliamento che sarebbe troppo alto da parte di persone con moto da 15000 euro. Una giacca buona, certificata, parte da circa 300 euro –io personalmente uso specie la Scott Leathers Road Airflow pagata circa 280 euro anni fa-. E’ un prezzo proporzionato al bene, contando che giacche non certificate se ne trovano di care anche il doppio, senza garantire protezione; è proporzionato contando anche che per scarichi da 1 cv in più (o in 5 cv in meno, ma con il rumore bello) costano anche 1000 euro. Non si possono sentire discorsi circa la scomodità dell’abbigliamento protettivo, considerando la presenza in commercio di prodotti quali, per citare l’ultimo da me visto di persona, il paraschiena Blade Black della Forcefield che, visto all’ultimo EICMA, sembrava non averlo in mano. Discorsi ancor più ridicoli sono quelli riguardanti la irreperibilità dell'abbigliamento certificato, non solo perché al giorno d'oggi con i mezzi telematici è possibile acquistare da ogni dove, ma specie perché oramai marche italiane, quale Clover o Gimoto, producono abbigliamento certificato. Tra le varie, una new entry interessante da segnalare è la Vircos con la tuta AirGap, la quale è certificata EN 13595 e presenta un originale sistema airbag elettromeccanico, che va a coprire alcune aree delle zone 1 e 2 non protette da altri prodotti in commercio. 

Cari motociclisti, la voglia di sicurezza deve partire da ognuno di noi! 

la tuta Vircos AirGap all'ultimo EICMA, foto dell'autore


          

Perchè infangano Freud   

Cache   

  Anche gli spiritualisti devono imparare ad ancorarsi alla realtà e dovrebbero crearsi degli strumenti di test per eventualmente invalidare delle ipotesi. Esempio: Una persona messa sotto troppo stress oppure dolore fisico, oppure sotto un conflitto morale che l'ego non può gestire, può subire una disgregazione del'io secondo i materialisti. All'Io  è  associata la mente e la coscienza. Quindi sembrerebbe che l'ambiente virtuale può causare lo sdoppiamento della mente nel mondo...
oligarchia

          

Télérama - Palantir, l'encombrant ami américain du renseignement français   

Cache   

https://Model.blue/splash/a4RYjtVzGWR4MdQ0HnKNo738SZBhle_SLASH_52gDsouPz8l1QX1PG89NhVg6PUUjqEzsTWCQOU4z3vEsvIZa9bvaJm8UvnIqBdRVlzzgO2qVWlN8HDgsonXhZesuvgaU7Huy8mVbES2AyGKhMwCW7wH8B8M4wYYzxrla6Z1_SLASH_5B4n4uS0_EQUALS

Lecture complémentaire :" La confidentialité en ligne pour les journalistes"
(Merci à Jackie pour ce lien)

Illustration : Coloranz d'après Eli Christman et Lemat Work 

SUR LE MÊME THÈME

La start-up numéro un du big data poursuit son irrésistible ascension. Son co-fondateur, Peter Thiel, est aujourd'hui conseiller numérique de Donald Trump. Quant à sa filiale française, elle vient de signer un contrat de 10 millions d'euros avec la DGSI.

Dans Le Seigneur des anneaux de Tolkien, le palantir est une pierre magique qui permet de voir partout, tout le temps. Une boule de cristal elfique qui offre un pouvoir considérable. Dans le monde des hommes, Palantir est une entreprise qui ambitionne de voir partout, tout le temps. C’est l’une des « licornes » de l’économie numérique, valorisée à 20 milliards de dollars. Juste derrière Uber et Airbnb. Devant Snapchat. Pourtant, son nom n’évoquera rien chez les profanes. Comme ses petits camarades de l’économie californienne, Palantir veut changer le monde. A quelque détails près. Palantir ne conçoit pas de produits vernis de cool destinés au plus grand nombre. Palantir ne vous inonde pas de notifications push. Palantir ne se répand pas dans la presse. Palantir rechigne à être introduit en bourse. Pour faire simple, Palantir veut voir sans être vu.

Sentinelle d'une Amérique traumatisée

Créée en 2004, la start-up est un leader de l’analyse des données, qu’elle croise, compare et « crunche » à l’aide de ses logiciels phares, Gotham et Metropolis. C’est la Rolls-Royce du big data, ce terme à la mode des prospecteurs en pétrole immatériel. Elle a été cofondée par Peter Thiel, grand argentier de la Silicon Valley, désormais conseiller numérique de Donald Trump. Son premier investisseur ? In-Q-Tel, le fonds d’investissement de la CIA. Dans l’Amérique traumatisée de l’après-11 septembre, Palantir promet de mouliner des gigaoctets de données afin d’anticiper les menaces. Et, pourquoi pas, prédire l’avenir. Aux Etats-Unis, dans un pays qui compte pas moins de dix-sept agences de renseignement et une myriade d'agences fédérales, le marché s’ouvre aussi sûrement que la mer Rouge : de la NSA aux services de police de Los Angeles, les contrats pleuvent.

Pour faire étalage de leurs capacités, les « Palantirians », comme ils se nomment entre eux, offrent des démonstrations grandeur nature. En 2007, une ONG utilise une de leurs solutions maison pour enquêter sur la mort du journaliste Daniel Pearl, exécuté au Pakistan cinq ans plus tôt. Une visualisation plus tard, les vingt-sept individus impliqués dans son enlèvement apparaissent sur un écran. Le rôle de chacun d’entre eux y est détaillé, tout comme ses liens avec les autres. Plus besoin de punaiser des photos floues sur un tableau en liège avec la fébrilité d’une Carrie Mathison : Palantir prend les choses en main. Comme toute grande religion, la nébuleuse entreprise possède ses mythes fondateurs. Le plus connu ? Elle aurait aidé à la traque et à l’élimination d’Oussama Ben Laden. Une rumeur jamais confirmée, jamais infirmée non plus, qui lui garantit une place de choix à la droite du pouvoir régalien.

A la table de Trump

Au fil des ans, la petite start-up devient le plus gros propriétaire terrien de Palo Alto, juste derrière le campus de Stanford, dont le département de sciences informatiques est l’un de ses plus gros pourvoyeurs en méninges. Surtout, elle s’ouvre au secteur privé en lui faisant la danse du ventre : identifiez les menaces internes, optimisez vos résultats, ayez un coup d’avance sur la concurrence. En 2010, elle signe un juteux contrat avec son premier client commercial, la puissante banque JPMorgan. D’autres multinationales suivront, de Coca-Cola à BP. En mai 2016, une enquête de BuzzFeed révèle – documents à l’appui – la santé financière pas si florissante d’une entreprise minée par les départs et les défections de gros comptes dubitatifs. Qu’importe : Palantir continue d’avoir la côte. En six ans, l’entreprise a amassé pour 340 millions de dollars de contrats avec les autorités américaines. Alex Karp, son excentrique patron, est devenu un habitué du forum économique de Davos. Depuis 2011, il a également son rond de serviette aux réunions du groupe Bilderberg, à l’invitation d’Henri de Castries, encore P-DG d’Axa. Un client de… Palantir. Nom de code : Asterix.

Alexander Karp, au centre de Palantir Technologies, Palo Alto, Californie, le 13 mars 2014.

Si Peter Thiel ne se départit jamais de son air compassé, sanglé dans des costumes impeccables qu’il préfère à rayures, Karp est sa parfaite antithèse. Avec ses bouclettes hirsutes et ses vêtements techniques fluo, on l’imagine mieux bivouaquer sur l’Everest que diriger la compagnie chérie des espions. Pourtant, les deux milliardaires se ressemblent à bien des égards. Ils sont nés à neuf jours d'écart, en octobre 1967. Ce sont tous les deux des érudits : Thiel est un spécialiste de la théorie mimétique de René Girard ; Karp a été l’élève de Jürgen Habermas à Francfort. Ils se sont rencontrés sur les bancs de l’université de Stanford et partagent la même vision libertarienne et messianique du monde. Seuls leurs expédients diffèrent : la politique pour Thiel, fervent partisan de l’indépendance de la Californie ; Palantir pour Karp, qui voue sa vie et plus encore à l’entreprise qu’il dirige. En 2013, Forbes dressait le portrait halluciné d’un zigoto qui pourrait être le cousin new age d’Emmett Brown, le professeur foldingue de Retour vers le futur. Suivi comme son ombre par un malabar chargé d’assurer sa sécurité, l’éternel célibataire « s’adresse à ses ouailles à l’aide d’un chaîne vidéo interne appelée KarpTube, où il parle aussi bien d’avidité que d’intégrité ou de marxisme ». Dans son bureau, vingt paires identiques de lunettes de piscine et des kilos de vitamines. « Les seuls moments où je ne pense pas à Palantir, c’est lorsque je nage, que je pratique le qi gong ou que je fais l’amour », concluait celui qui se définit lui-même comme un « déviant », avec un sens évident de la formule.

Les habitudes de moine-soldat finissent par payer. Mi-décembre, Karp était autour de la table à la Trump Tower, quand le président fraîchement élu a reçu le gotha de la « tech ». Bien calé entre Brian Krzanich, le patron d’Intel, et Eric Schmidt, président exécutif d’Alphabet, la holding qui chapeaute Google. A quelques mètres de lui, Peter Thiel avait hérité d’une place privilégiée à la gauche de Trump. La position du souffleur. Deux Palantirians à la sauterie numérique du nouveau locataire de la Maison blanche. Un luxe. Sûrement pas un hasard. Selon The Intercept, Palantir pourrait être l’un des grands bénéficiaires de la nouvelle donne politique outre-Atlantique : depuis 2011, l’entreprise épaule les douanes américaines. A ce titre, elle pourrait être l’instrument de l’expulsion des Mexicains sans-papiers que Trump a promis de chasser du territoire. Et ce n’est pas le seul front. Alors que la future administration rêve à voix haute d’un fichier des musulmans, Alex Karp a récemment été obligé de sortir du bois. « Si on nous le demandait, nous refuserions », a-t-il juré la main sur le coeur.

Première grande réunion entre le président élu Trump et les leaders de l'industrie technologique. Le vice-président Mike Pence et le président élu Donald Trump serrent la main de Peter Thiel à la Trump Tower, le 14 décembre 2016 à New York.

“Un tel niveau de secret est toxique”

Ainsi va le quotidien de Palantir, piégé entre deux injonctions contradictoires : le bon et le mauvais flic. Sur son site, l’entreprise met en avant ses initiatives philanthropiques. Elle explique comment elle a aidé les secours pendant l’ouragan Sandy, pourquoi il faut améliorer le système de santé avec une analyse plus fine des données, et détaille les moyens qu’elle compte mettre en œuvre pour résoudre la crise humanitaire syrienne en cartographiant l’augmentation du prix du pain afin d’identifier les zones de famine potentielles. Rien que du très louable. Mais la start-up se fait beaucoup plus discrète dès qu’il s’agit d’évoquer ses clients institutionnels. Malgré nos sollicitations, nous n’avons jamais obtenu la moindre réponse. Seul Chris Hoofnagle a accepté de nous parler. Professeur de droit à l’université de Berkeley, il siège au Palantir Council of Advisors on Privacy and Civil Liberties (PCAP), un comité d’éthique installé en 2012. « A la différence d’autres entreprises travaillant avec les autorités, Palantir n’a pas attendu qu’on lui demande pour mettre au point des garde-fous, démine-t-il. C’est l’une des rares entreprises à promouvoir la “privacy by design”, c’est à dire le respect de la vie privée dans la conception même des outils. Elle en souffre et prend des coups pour ses concurrents, qui restent muets sur le sujet ». L’échange est intéressant, mais au détour d’un email, Hoofnagle glisse une information utile : il est rémunéré par Palantir pour siéger dans ce comité. Ici, tout est contrôlé, même les bons sentiments.

De quoi faire pester Edin Omanovic, spécialiste des technologies de surveillance pour l’ONG Privacy International, et auteur d'un rapport sur ceux qui les commercialisent. « Palantir est le meilleur avatar de cette nouvelle race d’entreprises qui veulent tirer profit du tour de vis sécuritaire, estime-t-il. Elles prospèrent grâce aux données et à l’information, mais ne veulent rien dire d’elles ou de leurs clients. Un tel niveau de secret est toxique, quel que soit le secteur d’activité. Comment savoir s’il y a des abus ? Comment savoir quelles données sont exploitées, et comment ? Comment savoir si c’est efficace ? Ces questions sont légitimes mais il est impossible d’y répondre. »

« Palantir a pour principe de ne pas répondre à la presse, pour ne pas alimenter davantage les fantasmes, confie encore un haut fonctionnaire qui les connaît bien. Ils ont une culture d’entreprise très différente des prestataires informatiques traditionnels ». Le siège californien de l’entreprise est peut-être surnommé « The Shire » (La Comté, encore un hommage à Tolkien), les conditions de travail sont loin d’être souples. Si vous passez à travers le tamis des six entretiens d’embauche, attendez-vous à des clauses de confidentialité drastiques. « En interne, c’est une véritable muraille de Chine », précise notre source, qui parle de personnels « pétrifiés par le secret défense » et d’ordinateurs « ultra-verrouillés ». Quand on lui demande quelques mots au sujet de son ancien employeur sur un chat sécurisé, un ingénieur répond du tac-au-tac : « Je n’ai rien à vous dire. Bonne chance pour votre article ».

L'espace détente de Palantir Technologies, Paolo Alto, Californie, mars 2014.

Un contrat à 10 millions d'euros avec la DGSI

En mars 2015, quelques semaines après l’attentat contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, Palantir a ouvert une filiale française, sur la très chic avenue Hoche, à quelques centaines de mètres de l'Arc de Triomphe. En toute discrétion, comme à son habitude. Après des mois de démarchages et de tractations, la firme américaine a trouvé un accord avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Selon nos informations, recueillies auprès de plusieurs sources au sein des services de renseignement, le contrat aurait été signé à l’été 2016. Montant estimé : 10 millions d’euros. 5% du budget de la DGSI. Auditionné par la commission défense de l’Assemblée nationale en mai dernier, Patrick Calvar, son patron, balisait le terrain en invoquant l’urgence : « Nous ne manquons pas de données ni de métadonnées, mais nous manquons de systèmes pour les analyser [...] Les entreprises françaises qui [les] développent ne sont pas encore capables de répondre à nos besoins, alors que nous devons acquérir ce big data immédiatement. Nos camarades européens sont dans la même situation. Le choix n’a pas encore été fait mais, en tout état de cause, la solution sera temporaire. »

L’appel d’offres, classifié, n’a pas été rendu public, mais plusieurs entreprises, françaises et étrangères, start-ups et multinationales, y ont répondu. Thalès aurait pu obtenir le marché, mais la toute nouvelle plateforme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ), est un fiasco doublé d’une très mauvaise publicité. « C’est leur EPR », glisse même avec dépit un membre des services. Alors que la loi renseignement de 2015 a sanctuarisé la souveraineté du renseignement, comment le loup Palantir est-il entré dans la bergerie ? Dans les secousses de l’affaire Snowden, Jean-Jacques Urvoas, président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale (et pas encore Garde des Sceaux), s’était ému de la curiosité maladive de la NSA : « Les Etats-Unis n’ont pas d’alliés, ils n’ont que des cibles ou des vassaux ». Pas de quoi empêcher le renseignement intérieur français de convoler en justes noces avec le meilleur ami des services américains. Ni tout à fait prestataire technique, ni complètement cabinet de consulting, Palantir a surtout vendu une belle promesse aux services de renseignement français : interconnecter les données collectées par les deux services dits du premier cercle (DGSE et DGSI, ndlr), faciliter leur exploitation et gérer le SAV. Afin de former les agents, des Palantirians sont en train d’être recrutés et déployés à Levallois, tandis qu’un expert venu de la DGSE est chargé d’auditer le nouveau système pour débusquer la moindre porte dérobée.

« C’est juste un prestataire. C’est comme acheter une version personnalisée de Windows 95 », tente de justifier un ancien cadre du renseignement intérieur. « La police est dans le bricolage, la réaction aux événements, au contraire de la DGSE, qui s’équipe depuis 2009. Pour moderniser et professionnaliser les outils, la DGSI a lancé trois plans de recrutement de contractuels. Ce qui la tuait, c’est qu’elle n’avait pas conscience de l’évolution technique. Il y a dix ans, les agents épluchaient encore des fadettes au stabilo. Maintenant que nous collectons en masse les métadonnées sur le territoire national, les entrepôts de données dormantes sont bien plus importants qu’avant et nous avons besoin d’outils pour les traiter. Le défi d’un service de renseignement aujourd’hui, c’est de croiser et d’exploiter du renseignement humain, des sources techniques, pour intervenir le plus en amont possible de la menace ».

Les boîtes noires rêvent-elles de moutons électriques ?

Capable de traquer des marchands de sommeil en analysant la consommation excessive d’eau dans un immeuble, Palantir pourrait matérialiser les rêves mouillés des services. En trente ans, le code pénal a vu apparaître l’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste puis, en 2014, le délit d’entreprise terroriste individuelle. L’heure est à l’infiniment petit, et la doctrine privilégie les « signaux faibles » : une vidéo YouTube de l’Etat islamique, une amitié encombrante sur Facebook, un crédit à la consommation suspect. Pour les traquer, la loi renseignement a acté la création de « boîtes noires », soit des outils de détection algorithmique jetés comme des filets dérivants sur les réseaux des opérateurs télécom français. Ceux-ci ne pourront pas intercepter le contenu mais ils captureront les métadonnées. Selon la CNCTR, le gendarme du renseignement, ce dispositif expérimental devrait être déployé au printemps. Fin juillet, la commission de contrôle a transmis à Matignon une délibération classifiée sur son architecture, afin de clarifier les modalités d’accès et de stockage des données. C’est le GIC, le groupement interministériel de contrôle, basé aux Invalides, qui devrait s'occuper de gérer le péage.

« Attention, rendre les réseaux intelligents, c’est menacer les libertés », avertit un expert technique qui a longtemps roulé sa bosse chez un fournisseur d’accès hexagonal. Et si la conception de l’algorithme est la prérogative exclusive des services de l’Etat, Palantir pourrait agir comme un révélateur. « Le logiciel n’est pas une science occulte », pondère un développeur qui a récemment quitté l’entreprise. « C’est une solution utile pour donner du sens à des données disparates, mais il n’y a pas de bouton magique pour trouver les terroristes. Quiconque espérant le contraire sera invariablement déçu. Au bout du compte, les solutions de Palantir s’appuient sur des décisions humaines ». A l’instar d’un opérateur pilotant un drone Predator à des milliers de kilomètres de sa cible, un analyste des services devra-t-il demain, après-demain, évaluer une menace suggérée par une machine ? Interrogé sur les risques de dérapage d’un tel système, notre ancien cadre du renseignement s’en remet à l’expérience et à la perspicacité des agents : « A l’enquêteur de faire le tri ». En statistique, on appelle ça le risque de faux positif. Dans le monde réel, c’est l’arbitraire et l’abus de pouvoir. Risque-t-on de voir une douzaine de CRS casqués perquisitionner le domicile d’un innocent qui aura déclenché l’alarme à son corps défendant ? Sous un état d’urgence prolongé, alors qu’on punit désormais de prison ferme la simple consultation de « sites terroristes », la question se pose plus que jamais. Pas sûr que Palantir offre davantage de réponses.


          

Sito cover Sulle risposte dei tamponi ritardi inconcepibili-cover samsung a50 avengers-pfekdo   

Cache   

Sulle risposte dei tamponi ritardi inconcepibili Sono soprattutto i ritardi nelle risposte a creare rischi per cover samsung j3 2016 cuori la cittadinanza, in particolar custodia per samsung s6 edge plus modo al personale sanitario. In ben due circolari ministeriali, si specifica come per i lavoratori nelle strutture ospedaliere le risposte devono arrivare entro le […]

          

Back-to-School   

Cache   

Join Maria as she speaks with Madeline Levine, Ph.D., a psychologist, consultant, educator, and co-founder of Challenge Success at the Standford School of Education, and author of Teach Your Children Well: Parenting for Authentic Success. Mayo clinic physician, Dr. Philip Hagen and Aviva CMO Chris Jones share the recent results from a study on Women, Mothers, & Health. Stylist, Devon Cruz gives tips and tricks for keeping your kids hair manageable and healthy. The Mom's Roundtable discusses preparing for back-to-school. Karen Friedland-Brown, Director of parents Place.

This show is sponsored by Lands' End and Family Circle.


          

Preventing and Talking to Your Kids About Medicine Abuse   

Cache   

This week on Mom Talk Radio, we are joined by Bobby McGee, 6-time Olympic Running coach from South Africa who shares the 3 greatest problems runners face in progressing their running. Spotlight on Moms features Devon Keith of MakeItHappenDiva.com. Gary Kehoe, renowned formulator and expert advisor in health and wellness talks about how testosterone affects dad’s physiology. Ben Foss, entrepreneur, activist, founder of Headstrong Nation and author shares information about his new book, The Dyslexia Empowerment Plan. Christy Crandell, author and Co-Founder of Full Circle Treatment Center talks about preventing and talking to your kids about medicine abuse.


          

Il lungo inverno sull’isola   

Cache   


Quest’anno l’inverno è stato lungo, noioso e pigro. Ero abituata a città più stimolanti di Siracusa, e questo secondo inverno in Sicilia mi ha fatta cadere in letargo, in attesa che la primavera mi porti la voglia di uscire e fare. I cittadini come me che sognano la vita su di un’isola devono fare i conti con la noia invernale, il prezzo da pagare per vivere qui. In città ci sono solo 3 cinema, cioè tre sale (il multiplex non è ancora arrivato, occorre spostarsi a Catania) e somigliano alle sale dei cinema parrocchiali, piccole e con arredi vecchiotti. In Ortigia, cioè il centro storico di Siracusa, fino all’anno scorso c’era una piccola sala in condizioni penose, ora chiusa, speriamo la stiano ristrutturando. Il teatro comunale di Ortigia, mi dicono molto bello, è chiuso da decenni per restauro ma non vedo un cenno di avanzamento dei lavori. Quindi niente teatro. Locali per sentire musica dal vivo: pochi e con programmi scadenti. Qualche concerto alla sala Amici della musica, ma trovare qualcosa di interessante è un evento (ad esempio, bellissimo il concerto del giovane pianista cubano Roberto Fonseca, due ore di immersione nei ritmi caraibici contaminati da atmosfere orientali). Non ci sono pub o circoli carini dove passare la serata con giochi di società o chiacchierando con gli amici. Quando sono in vena, organizzo cene a casa che mi impegnano per giorni tra preparativi, stesura del menù, scelta di amici che possano stare bene insieme (non sono una che improvvisa la spaghettata, ma mi sforzerò di provarci). Non ho mai letto tanti libri come in queste serate invernali, la tivù è inguardabile e i programmi finiscono troppo tardi per me che mi alzo alle sei del mattino. Non vedo l’ora che arrivi l’estate, per stendermi di sera in giardino e guardare le stelle.

          

La Sicilia nel mortaio   

Cache   


Bella idea quella sul blog di fiordisale (www.fiordisale.it) di lanciare un concorso al miglior pesto. Non posso rinunciare a partecipare con due pesti al profumo di Sicilia.
Pesto siracusano
Questo pesto mi ricorda il profumo della costa siciliana, quando, ancora sul ponte del traghetto, il vento porta l’aroma delle erbe selvatiche che si mescola al sentore speziato della terra.
Ingredienti:
Timo fresco, possibilmente selvatico, pomodorini di Pachino secchi, mandorle di Avola non spellate, ricotta stagionata grattugiata, un pizzico di cannella e di noce moscata, olio extravergine d’oliva, sale.
Far rinvenire i pomodorini secchi in poca acqua tiepida, lasciarli scolare per mezz’ora in un colino. Nel mortaio, pestare i pomodorini con le mandorle e il timo, emulsionare con l’olio, aggiungere con moderazione un pizzico di spezie e terminare con la ricotta stagionata grattugiata. Eventualmente aggiustare di sale dopo aver assaggiato (ricotta e pomodorini sono molto saporiti).
Pesto dolce “Sole di Sicilia”
Questa è una mia divagazione sul tema pesti, da vera golosa di pasticceria siciliana. Si usa questo pesto per accompagnare una panna cotta, un biancomangiare o un sformatino di ricotta, o una semplice ricotta fresca accompagnata da fichi maturi.
Ingredienti:
Mandorle di Avola non spellate e pistacchi di Bronte, miele di zagara dei Monti Iblei, scorza d’arancia grattugiata.
Tostare mandorle e pistacchi in una padella antiaderente per qualche minuto, quando sprigionano il loro profumo spegnere, disporre su un vassoio e lasciar raffreddare. Nel mortaio, pestare grossolanamente le mandorle e i pistacchi, che devono rimanere “riconoscibili”, versare in una ciotola, unire il miele di zagara fluido, profumare con la scorza d’arancia. Per ottenere una scorza a scagliette profumate e non una poltiglia, consiglio l’uso di grattugie Microplane.

          

Coronavirus: l’importance de la parole   

Cache   

Le CCAS vous informe: « La situation que nous vivons aujourd’hui est inédite. Nous nous retrouvons confinés, seul ou en famille, et nous devons tous apprendre à vivre avec ces nouvelles consignes. Se préoccuper de nos besoins alimentaires est le premier réflexe de base.  Chacun, individuellement ou en cellule de crise,  nous cherchons adaptons des moyens […]

 


          

Frecciarossa a Pescara: Melilla interroga Delrio   

Cache   

Frecciarossa a Pescara: Melilla interroga Delrio REGIONE - FRECCIAROSSA, GIANNI PRESENTA UN'INTERROGAZIONE. Finisce in Parlamento il caso Frecciarossa: il Deputato Sel-Sinistra Italiana Gianni Melilla interroga il Ministro delle Infrastrutture e Trasporti Graziano Delrio se non intenda sollecitare Trenitalia per un miglioramento del servizio Frecciarossa lungo la direttrice Adriatica, in particolare da Pescara per Milano, consentendone la partenza alle 5,05 da Pescara. ECCO LA PROPOSTA. Il Frecciarossa Pescara-Milano potrebbe utilmente migliorare la sua offerta se ci fosse la disponibilità a prendere in esame l'arrivo nella prima mattinata a Milano anche da parte degli utenti abruzzesi che attualmente devono recarsi ad Ancona per salire sul Frecciarossa delle 6,10 ed arrivare a Milano alle 9,20. La proposta, dettagliata tecnicamente dalla Federconsumatori Abruzzese, consiste nel far partire quel Frecciarossa alle 5,05 da Pescara per poi proseguire verso Ancona e Milano. Allo stesso modo, il viaggio di ritorno condurrebbe a casa... leggi tutto l'articolo

          

Falcone: «Lista di sinistra, decideremo tutti insieme»   

Cache   

Intervista di Daniela Preziosi pubblicata su il Manifesto del 12/11/2017

L’avvocata dei ‘civici’ del Brancaccio: non abbiamo tradito il mandato, ora chiediamo regole democratiche per l’assemblea del 2 dicembre e i suoi delegati. Rifondazione è dentro questo percorso perché noi abbiamo detto no ai veti


Mdp, Sinistra italiana e Possibile hanno convocato l’assemblea della lista unitaria per il 2 dicembre, il 24 e il 25 novembre eleggono i delegati. Avvocata Anna Falcone, voi civici dell’area del «Brancaccio» siete della partita?

Abbiamo la nostra assemblea il 18 novembre, consegneremo la lettera di intenti (il documento-base unitario, ndr), lì stabiliremo i criteri di partecipazione alla lista unitaria. Io e Montanari abbiamo contribuito a lavorare a questa lettera che è una proposta. Chiediamo garanzie democratiche sull’assemblea del 2 e su tutto il percorso comune. Ci hanno garantito che sarà così. Lavoriamo perché lo sia davvero.


Il Prc obietta che non avevate mandato per quel testo.

La lettera è stata pubblicata prematuramente, ha sorpreso anche noi. Non abbiamo fatto in tempo a condividerla con tanti altri soggetti civici. Ma avevamo avvisato Acerbo, il segretario del Prc. Che sul manifesto ha ammesso di averla ricevuta da noi. Ci ha anche risposto.

Condividerla significa comunicarla?

Comunicarla e sapere gli altri cosa ne pensavano. Ma abbiamo sempre detto che l’obiettivo più importante è la lista unitaria. Sarebbe stato sciocco dire di no. Quel testo contiene tutte le condizioni che abbiamo chiesto nel nostro appello al Brancaccio. È evidente che non contiene tutto, non è ancora un programma.

Quindi non è vero che non avevate il mandato per stare al tavolo con le forze politiche?

Lo avevamo, avevamo fatto anche una conferenza stampa per dire con trasparenza che iniziavamo una serie di incontri per verificare la possibilità di fare la lista unica. Oggi avere quel documento è una garanzia per noi: è nero su bianco quello che si va a fare.

Non avete consegnato il Brancaccio a Bersani e D’Alema, come dice Acerbo?

Assolutamente no, è o il contrario. In democrazia non si possono fare liste di proscrizione. Il rinnovamento si fa tutti insieme con regole comuni. Acerbo è sempre stato d’accordo. Certo, dobbiamo avere garanzie su come sarà convocata l’assemblea e come saranno scelti i delegati, quanto sarà democratica e aperta alla società civile. Felici per l’elezione al parlamento regionale di Fava in Sicilia, ma lì si è capito che se una lista non prevede un percorso con la società civile poi non raggiunge i risultati sperati. Ma sono fiduciosa. E non fa bene dare addosso a chi ha lavorato per non escludere il Prc: abbiamo detto sempre no ai veti. Rifondazione è a questo tavolo delle regole anche grazie a questo. L’impressione di aver disatteso gli impegni è falsata e sbagliata. Proseguiamo nel mandato che abbiamo ricevuto.

Ma vi aggiungerete all’assemblea del 2 dicembre?

Lo valuteremo in assemblea. Faremo tutti gli sforzi possibili per fare la lista unica di sinistra, su un programma radicale e con un metodo democratico. I nostri sforzi nascono da questo intento. Non abbiamo una subordinata.

O una lista unitaria o niente?

O c’è una lista unitario oppure il Brancaccio non si spaccherà sulle posizioni di uno o di un altro partito. Non consentiremo che diventi un ring. Se il partiti volessero farne un terreno di scontro, andremo avanti con i cittadini, le associazioni, i movimenti di base e la società civile.

O alla lista arrivate tutti insieme o non ci arrivate?

Noi abbiamo chiesto a tutti di aderire a una lista unica. Faremo tutti gli sforzi per arrivarci, se la sinistra dovesse andare al voto di nuovo frantumata sarebbe l’ennesimo esempio di poca credibilità. E comunque per altre determinazioni ci vorrebbe un mandato diverso.

Deciderete a maggioranza?

Non abbiamo un regolamento, ma certo le posizioni si scelgono a maggioranza assoluta.

Chi voterà il 18?

Le nostre assemblee sono aperte. Ma per evitare che qualcuno pensi di fare una scalata dal Brancaccio voteranno online tutti quelli che hanno fatto l’iscrizione certificata e che hanno aderito all’appello.


Fino a che terrete aperte le iscrizioni?

Immagino fino al 17 per una minima esigenza di ordine. Dobbiamo evitare lo spettacolo che ha dato la sinistra di polemiche e divisioni e uno dei motivi per cui alcuni partiti, compreso il Prc, non supererebbero da soli la soglia del 3 per cento. Davvero, concentriamoci sulle regole dell’assemblea unitaria.

È sicura che i vostri futuri alleati non le abbiano già scelte?

Voglio essere fiduciosa: penso di no. Sanno che noi dobbiamo prima decidere nella nostra assemblea. Guardi, litigare sarebbe facile. Noi siamo seri e costruttivi. A conferma, non partecipiamo alla convocazione dell’assemblea del 2 perché abbiamo il passaggio del 18 e perché prima devono essere chiare e garantite le regole di democrazia, partecipazione e deliberazione. È lì la vera sfida. Eviteremo in tutti i modi che succeda come nelle volte precedenti, e soprattutto in Rivoluzione civile, dove si sono fatte assemblee dal basso e invece alla fine i candidati sono stati scelti in una riunione di notte fra i capi delle segreterie. Dobbiamo fare tutti uno sforzo per evitare gli errori del passato. Ma nessuno può dare lezioni agli altri.

Pisapia potrebbe tornare nella vostra lista unitaria?

Pisapia continua ad avere un obiettivo diverso dal nostro: costruire il centrosinistra e fare alleanza anche con il Pd.


          

Intervention du Président de la République Gabonaise , à l'occasion de la plénière "ECONOMIE SOLIDE ET DURABLE", TICAD V 2013 !   

Cache   

Samedi, 1 juin, 2013 - 13:41
Le Président de la République Gabonaise , S.E.M. Ali BONGO ONDIMBA  , est intervenu , ce Samedi 1er Juin 2013 , au Japon , à l'occasion d'une plénière sous le thème fondamental de la TICAD V "Économie Solide et Durable". Une plénière qui portait  sur trois(3) points :
 
  1. L'accroissement du commerce et les investissements entre les pays d'Afrique et le reste du monde.
  2. Le partenariat public-privé, pour développer les infrastructures physiques et les ressources humaines afin d'accélérer la science et la technologie.
  3. L'accroissement de la productivité, de la production agricole et agroalimentaire, en tant que base pour une croissance durable.
 
Voici l'intégralité del'allocution du Chef de l'Etat gabonais 
 
 
Monsieur le Premier Ministre du Japon,Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,Mesdames et Messieurs,
 
Lorsqu’en 1993, l’Empire du Japon lançait pour la première fois son initiative pour rechercher, en partenariat, avec les Africains les voies et moyens d’accélérer le développement économique, social et humain de l’Afrique, 
il s’inscrivait en précurseur pour relever le défi de ce 21ème siècle pour l’Humanité toute entière « sortir le continent africain du sous-développement ».
 
En effet, vingt ans  après, cette problématique, toujours d’actualité, semble raisonner comme un doute dans notre capacité collective à faire sortir le continent africain de la pauvreté, comme une impuissance dont la conséquence est de faire reculer  les frontières de la prospérité à laquelle nos peuples, nos pays respectifs aspirent de manière légitime.
 
Oui de manière légitime, car, la pauvreté endémique de l’Afrique ne repose sur aucune justification logique :
 
-  Tous les pays, tous les continents recherchent la croissance économique : l’Afrique possède aujourd’hui le plus fort taux de croissance économique de la planète ;
 
-  Tous les pays luttent contre le vieillissement de leur population : l’Afrique possède aujourd’hui la population la plus jeune au monde : près de la moitié des jeunes africains  a moins de 15 ans ;
 
-  De plus, les richesses du continent africain sont nombreuses et immenses. Rien ne lui manque, quelques fois, les choses peuvent même sembler démesurées.
 
Dans ce contexte, que pouvons-nous , que devons-nous  faire ensemble ?
 
Ce sont ces questions qui s’imposent à tous ceux qui veulent agir aux côtés de l’Afrique et avec les Africains pour que notre continent emprunte le chemin de la prospérité et tourne résolument et définitivement le dos à la pauvreté.
 
Nous devons y répondre avec audace. L’ère de l’afro-pessimisme et de l’impuissance doit être révolue pour laisser la place à l’émergence d’une pensée nouvelle et inventive, à même de placer le continent africain sur la rampe de lancement d’un développement économique et social équitable, propre et durable.
 
Pour ce faire, l’Afrique doit, la première, moderniser ses systèmes de gouvernance pour se donner les moyens de résoudre ses problèmes nationaux dans un monde de plus en plus interdépendant et en rapide évolution,
dans lequel la dimension nationale se fond de plus en plus dans le système global, comme le montre le concept de « bien commun de l’Humanité ».
 
Mesdames et Messieurs,
 
Développer l’économie africaine, c’est l’arrimer de manière définitive au progrès technique. Le monde de l’économie doit se fixer des règles plus justes et plus équitables pour assurer le transfert de technologies. C’est pourquoi, je vous propose de prendre, ici et maintenant, l’engagement de faire de l’année 2020, la date après laquelle plus aucune matière première issue du continent africain ne serait exportée sans avoir, au préalable, réalisé une première transformation sur le sol africain. Ce nécessaire changement de paradigme est à notre portée.
 
Au-delà, Il s’agira aussi d’utiliser de manière plus rationnelle et plus durable les ressources naturelles du continent.
 
- Concilier les  intérêts privés et collectifs
 
Il s’agit dans ce cas d’intégrer dans tous les projets soumis aux investissements directs étrangers, un projet de développement d’infrastructures à caractère social, particulièrement dans le domaine de la santé et de l’éducation. Assurer ainsi le mieux-être des populations permet de prévenir les mouvements de contestation sociale à même de porter atteinte à la viabilité économique et à la profitabilité des firmes transnationales. Relever ce défi, c’est assurer la pleine et entière intégration de l’Afrique dans l’économie mondiale et garantir son accès aux savoirs technologiques et industriels.
 
C’est aussi une occasion supplémentaire de permettre à l’Afrique de contribuer activement à l’effort mondial de lutte contre les conséquences du changement climatique, de l’érosion de la biodiversité, de la désertification des terres, du braconnage des espèces en danger.
 
Mesdames et Messieurs,
 
C’est aussi donner à l’Afrique les moyens de mieux éduquer et former sa jeunesse pour lutter contre le chômage des jeunes, devenu un fléau planétaire. Le défi du développement économique durable, c’est aussi le moyen le plus sûr de lutter contre l’instabilité et le terrorisme, fléau qui s’invite de plus en plus sur notre continent.
 
Le Monde ne se fera pas sans l’Afrique, le Monde ne sera pas en paix sans une Afrique stable, le Monde ne sera pas épanoui sans une Afrique prospère.
 
Je vous remercie
 
 
 
 

          

Hybrides rechargeables : Hulot tape du poing sur la table   

Cache   

Les ministre français de la Transition écologique et solidaire a pris de court bon nombre d'observateurs avec une mesure qui risque de décevoir un bon nombre d'utilisateurs d'hybrides rechargeables.

Un hybride rechargeable qui se recharge doit être la norme, sinon il sera taxé
Un hybride rechargeable qui se recharge doit être la norme, sinon il sera taxé

"C'est une situation inacceptable et nous nous devons de prendre des mesures adaptées pour y remédier.", c'est ainsi qu'a démarré le discours énonçant le nouveau plan d'encadrement des hybrides rechargeable en France. Une grande part des hybrides rechargeables sont immatriculées par des entreprises en tant que voiture de fonction en raison de l'exemption de taxe dont ils profitent. A ce titre, les utilisateurs sont défrayés de leur coût de carburant et beaucoup ne rechargent que peu ou pas. L'étude P.01550.N menée par le ministère en 2017 atteste que c'est le cas de 85% des véhicules de société hybrides rechargeables. L'avantage fiscal a été mis en place pour diminuer la consommation globale de pétrole est alors dévoyé.

Pour éviter cela, les entreprises possédant des hybrides rechargeables devront justifier pour chaque jour de service de trajets électriques à hauteur de la moitié de l'autonomie électrique NEDC prétendue par ledit véhicule. Une performance largement atteinte dès lors qu'une recharge est effectuée chaque jour, mais impossible quand on ne recharge pas ou peu. La sanction en cas de manquement est simple : paiement d'une TVS à hauteur de celle perçue pour le modèle 100% thermique équivalent. Pour un Mercedes GLC 350e (la meilleure vente en France pendant plusieurs moins en 2017), l'indice CO2 passerait de 59g/km aux 189g/km de l'AMG GLC 43, soit une TVS de 118 à 3422€.

Cela prend effet dès le début du 2eme trimestre 2018.

Mots-clefs: 

          

2017 : renouveler le sacerdoce en France   

Cache   

Article du blog: 

Temps de lecture estimé : 4 min

Mgr Naud évêque de Digne et ses séminaristesAujourd'hui Jeudi saint, c'est la fête des prêtres partout dans le monde.

Trois éléments me viennent spontanément à l'esprit à cette occasion : les espoirs vis-à-vis du sacerdoce, un article récent du magazine Famille chrétienne, les attitudes et actions à adopter en famille pour promouvoir le sacerdoce.

Quels sont les espoirs de renouveau que nous voyons aujourd'hui à l'œuvre en France ? On peut citer :

- La création de nouveaux séminaires interdiocésains : Paris, Toulon et Ars, et il y en a peut-être d'autres.

- La création de propédeutiques.

- Le témoignages de séminaristes lors de missions ou de grands rassemblements

- Les journées portes ouvertes dans les séminaires

- L'organisation de temps de prière ou de jeûnes spécifiques pour les vocations

- L'insistance sur le sacerdoce dans les grands rassemblements du type des sessions de Paray-le-Monial organisées par la communauté de l'Emmanuel

 

Quel est le profil des séminaristes français aujourd'hui ? À la page 40 du n° 2045 (25 au 30 mars 2017) du magazine Famille chrétienne, nous trouvons un article éclairant de Bertille Perrin intitulé : Qui sont nos séminaristes ?

J'écarte les séminaires des sociétés de prêtres et je m'attache aux séminaristes diocésains « pur jus », ceux qui sont dans les séminaires diocésains.

Les points communs entre la majorité des séminaristes sautent aux yeux :

Leur famille d'abord. Leurs parents sont mariés et catholiques pratiquants à 80 %. Ils ont en moyenne trois frères et sœurs.

Leur environnement ecclésial ensuite : ils sont extrêmement impliqués dans l'Église, au point que 90 % d'entre eux ont participé à au moins un service d'Église, que ce soit le scoutisme ou les engagements caritatifs, diocésains ou paroissiaux.

Leur relation avec les prêtres enfin : près de la moitié des séminaristes évoque « la figure d'un aumônier ou la relation tissée avec leur Père spirituel ».

Ma conclusion : c'est clairement dans un environnement familial et ecclésial très fervent que la grande majorité des vocations naissent et perdurent. Nous devons donc prier pour avoir la force de fonder des familles fortes, ou chacun vive son appel à la sainteté selon sa vocation propre : père, mère et enfants. Ainsi, les vocations seront favorisées, déjà, par l'existence même de ces familles.

 

Quels attitudes et quels actions adopter en famille pour préparer et favoriser un éventuel appel au sacerdoce ?

Il me semble qu'il faudrait promouvoir ce que j'appellerai la « culture du sacerdoce ».

Un repas familial béni par un prêtreDans les familles, il est évident que cette culture peut se déployer de multiples manières :

- Expliquer aux enfants après la messe ce qu'a fait le prêtre, pourquoi il porte des couleurs liturgiques différentes, aller le saluer, expliquer combien les prêtres sont importants pour nous car ils nous donnent Jésus dans l'Eucharistie et la confession.

- Lors de la prière du soir, prier fréquemment, et pourquoi pas tous les jours, pour le ou les prêtres de notre paroisse.

- Dire ou faire sentir à nos enfants que nous-même prions spécialement pour nos prêtres et pour que Dieu donne à son Église de nombreux et saints prêtres.

- Chez les petits enfants, il y a souvent des questionnements religieux. Pourquoi ne pas évoquer des belles figures de prêtres, des prêtres que nous avons connu quand nous étions plus jeune, ou bien des figures marquantes de prêtres, comme le Pape François, saint Jean-Paul II, le Curé d'Ars, Padre Pio, Don Bosco, l'abbé Pierre… Il est bon de montrer des prêtres différents, qui ont chacun touché à un domaine précis : éducation, service des malades des pauvres, grand mystique…

- Proposer à un prêtre d'être « parrainé » spirituellement par un petit enfant

- Pourquoi ne pas décrire en famille, à la mesure de ce que nous savons, ce que c'est que la vie d'un prêtre, sa mission, les joies qu'il en reçoit, le courage que les prêtres ont de tenir bon alors qu'ils sont peu considérés par le monde ?

- Faire bénir notre maison par un prêtre.

- Inviter le plus souvent possible un prêtre à notre table et en profiter pour lui demander pourquoi il a voulu être prêtre, comment il a vécu son séminaire, quels ont été ses ministères.

- Le plus évident, proposer à nos fils d'être servants d'autel.

Pour résumer, plus la proximité avec les prêtres est grandes, plus l'appel pourra naître comme naturellement.

 

Petit examen de conscience : est-ce que nous faisons ne serait-ce qu'un élément de tout cela avant de nous plaindre du manque de prêtre ? Pas de culpabilisation inutile, mais il est bon de s'y mettre tout doucement, nos enfants pourront alors sentir que nous commençons à avoir un cœur pour les prêtres, et toute l'ambiance chrétienne de notre famille pourra commencer à changer. C'est clairement une belle forme de conversion que de commencer à se préoccuper personnellement des vocations sacerdotales.

 

Chez les adolescents, toutes ces attitudes et actions devront être adaptées. C'est l'âge où il faut rester nous-mêmes avec nos convictions, nous exprimer clairement mais sans être directifs, et surtout répondre à leurs questions quand elles viennent. Dieu pourra alors, dans sa liberté souveraine, confirmer ou faire naître un appel dans un terreau qui a été si favorablement enrichi depuis l'enfance.

 

Nous laïcs, notre mission est clairement, avec résolution et discernement, sans lenteur ni précipitation, de nous convertir à la culture du sacerdoce.

Pas la peine de regarder en arrière en disant : « c'était mieux avant quand il y avait plus de prêtre », le passé est passé. C'est maintenant que tous, nous pouvons faire preuve de créativité et de persévérance pour que le sacerdoce trouve dans les conditions d'aujourd'hui la magnifique place qu'il doit avoir dans l'Église de France.

 

Addendum : imaginer une fête du sacerdoce en-dehors du Jeudi saint ?

Au cours de la rédaction de cet article m'est venue une idée pour fêter et mettre en valeur le sacerdoce, et favoriser les vocations.

Traditionnellement, le Jeudi Saint est la fête du sacerdoce car c'est la fête où Jésus a célébré l'Eucharistie en disant à ses apôtres : « Faites ceci en mémoire de moi ».

Mais au cours de cette journée, les prêtres ne peuvent pas être mis en valeur, car tout est focalisé sur l'Eucharistie et les grands préparatifs du Triduum pascal. C'est normal.

Les consacrés ont leur journée de fête le 2 février, jour de la Chandeleur.

 

Pourquoi ne pas imaginer une fête du sacerdoce, qui ne serait pas liturgique, mais où l'on aurait tout le temps d'honorer le sacerdoce, les prêtres et tout ce qui va avec ?

Pour ne pas empiéter sur les grands temps liturgiques ni la dissoudre dans les vacances, on pourrait la placer un week-end début octobre, ou bien fin janvier, ou bien peut-être durant le temps pascal, pourquoi pas 15 jours ou une semaine avant l'Ascension ?

On pourrait organiser des événements pendant tout le week-end, dès le vendredi soir si nécessaire, pour diversifier au maximum les propositions. Les prêtres pourraient, pour une fois, choisir les activités proposées par les laïcs, et non le contraire !

Les idées d'activités ne manquent pas : journées portes ouvertes des séminaires, témoignages de prêtres sur le sacerdoce dans les paroisses, rassemblement de garçons et jeunes autour de plusieurs prêtres pour des tables rondes, invitations des prêtres à domicile ou dans un lieu animé par plusieurs familles.

Le temps du week-end, les laïcs pourraient être « aux petits soins » pour leurs prêtres, c'est-à-dire leur proposer de tout organiser pour eux, pour qu'ils vivent pour une fois un week-end « comme les laïcs » c'est-à-dire vraiment reposant.

Il faudrait que les prêtres se sentent vraiment « en famille » dans leur paroisse, que ce soit un week-end qu'ils attendent, un week-end où ils ne sont pas attendus pour les services qu'ils vont rendre, mais tout simplement un week-end où ils vont se détendre et où l'on prendra soin d'eux, une respiration dans leur vie trépidante.

Il pourrait y avoir des échanges de prêtres d'une paroisse à l'autre, selon les possibilités.

Les prêtres seraient complètement libres de leur emploi du temps pendant un week-end (la messe du dimanche restant sauve bien sûr !)

 

Combien de laïcs seraient heureux de témoigner à leur prêtre leur reconnaissance pour tous les immenses services accomplis par leurs pasteurs. Combien ceux-ci se sentiraient encouragés à continuer avec constance leur difficile mission.

Quel témoignage pour les paroissiens et pour leurs garçons quand ils en ont ! Quel joie de voir des prêtres « au naturel » et non rivés à leur mission !

Tout cela, ce ne sont que des idées jetées en l'air bien sûr.
Il faudrait que des laïcs en parlent à des prêtres et à des évêques. Qui sait, l'idée pourrait peut-être être reçue favorablement, au moins dans son principe, on ne sait jamais.

 

Sainte Julienne du Mont Cornillon a obtenu la fête du Saint-Sacrement.

Sainte Marguerite-Marie a obtenu la fête du Sacré-Cœur.

Sainte Faustine a obtenu la fête de la Miséricorde.

Si Dieu le veut, peut-être un jour le sacerdoce obtiendra-t-il un temps qui lui soit spécifiquement consacré en plus du Jeudi saint.

« Le sacerdoce, c'est l'amour du cœur de Jésus », nous dit le saint Curé d'Ars. À nous d'honorer cette parole.

Retour au Blog catholique Saint Jean-Paul II

Image: 
Le père Guy Gilbert reçoit la bénédiction d'un prêtre qui vient d'être ordonné
Évaluez cet article: 
Moyenne : 4 (1 vote)

          

Comme un petit enfant   

Cache   

Thème:
Article du blog: 

Temps de lecture estimé : 5 min 30

L’un des propos de Jésus les plus surprenants, pour ses disciples comme pour nous aujourd’hui, est celui-ci, rapporté dans l’Évangile selon saint Matthieu :

À ce moment les disciples s’approchèrent de Jésus et dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des Cieux ? » Il appela à lui un petit enfant, le plaça au milieu d’eux et dit : « En vérité je vous le dis, si vous ne retournez à l’état des enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. Qui donc se fera petit comme ce petit enfant-là, celui-là est le plus grand dans le Royaume des Cieux. » (Mt 18, 1-4)

Bien sûr, Jésus n’attend pas de ceux qui le suivent qu’ils se comportent d’une manière infantile et cessent d’assumer leurs responsabilités. Non, Jésus nous invite à entrer dans une certaine attitude spirituelle.

J’ai la grâce de pouvoir regarder ma fille grandir, elle a tout juste un an et demi. Ce qui m’a frappée en la voyant vivre depuis ses premiers mois, c’est de constater le naturel avec lequel un bébé accepte sa dépendance et sa vulnérabilité.

Patrik Hägglund avec son fils Hannes de 4 joursElle reçoit tout de moi et de son père, et pour elle ce n’est aucunement un motif de révolte ou de mépris de soi. Au contraire, cette dépendance est pour elle source de joie, car elle permet d’expérimenter et de faire grandir jour après jour l’intimité d’amour entre nous.

Les premiers temps, sa faiblesse était absolue, elle ne pouvait même pas maintenir sa tête, encore moins se déplacer par elle-même. Pour communiquer, elle était totalement dépendante de notre volonté de prendre le temps d’interpréter le sens de ses pleurs et de ses regards.
Pour autant, sa faiblesse et ses incapacités, innombrables comparées aux nôtres, ne lui donnaient pas la moindre honte, aucun désir de se cacher aux yeux du monde pour éviter que l’on découvre de tels handicaps, aucune velléité de se faire passer pour plus puissante qu’elle ne l’était.

Aujourd’hui, à un an et demi, elle a un peu plus de possibilités pour se mouvoir, agir de son propre chef et communiquer. Elle a donc aussi la possibilité de commencer à faire des bêtises…
Ma fille sait pertinemment quand elle fait quelque chose d’interdit. D’ailleurs quand c’est le cas, quand elle vide son biberon d’eau méticuleusement sur le parquet, qu’elle joue avec mes chaussures (c’est interdit à cause des microbes) ou qu’elle vide un de mes tiroirs, elle devient particulièrement silencieuse et elle sursaute si je la surprends. Selon la gravité de la bêtise et le nombre de récidives, je la gronde plus ou moins fort : parfois elle est furieuse, parfois elle pleure. Mais jamais ces évènements ne coupent notre relation et notre complicité. Il ne lui viendrait jamais à l’idée qu’elle pourrait perdre notre amour à cause de ça, et elle non plus, elle n’a aucune tentation de nous repousser et de nous refuser ses sourires, en tous cas pas plus d’une minute. Pourtant elle ne comprend pas tout, elle ne saisit pas la raison de tous les interdits, mais elle a la certitude de notre amour.
 

À mes yeux, la relation de notre fille avec mon mari et moi est une métaphore de notre relation avec Dieu.

La sainteté, ce n’est pas d’être capable de faire des choses extraordinaires, ni de se priver de tous les plaisirs, ni de se contraindre à aller soigner les lépreux en Inde si l’on n’en a aucune envie, ni d’être capable de se retenir de faire des bêtises ou de dire des gros mots.

La sainteté prend sa source dans la forme de relation que l’on a avec Dieu, et Dieu nous dit que pour être uni à lui, il faut prendre modèle sur ma fille et sur tous les petits.

Jésus nous invite donc à aimer notre dépendance et notre faiblesse, parce qu’elles sont source de communion avec lui. La dépendance d’un homme envers Dieu est naturelle comme la dépendance d’un bébé envers sa mère. Si nous avons honte de notre faiblesse, honte d’avoir besoin de Dieu, c’est que nous sommes aveuglés sur la réalité de notre condition.

Il est dans la nature même de l’être humain d’être limité, incomplet, d’avoir besoin de l’aide d’autres hommes et de l’aide de Dieu. Notre culture moderne nous pousse à le regretter et à vouloir le cacher — et comme chacun cache si bien sa faiblesse, nous croyons être anormaux en découvrant la nôtre. Mais cette prétention à se suffire et à tout réussir est aussi ridicule que le serait la prétention d’un nourrisson de se nourrir tout seul et de cacher son incapacité à marcher. Et c’est ce refus qui nous coupe des autres et de Dieu.

Dans son encyclique Redemptoris Missio, saint Jean-Paul II nous révèle que « la nature du Royaume est la communion de tous les êtres humains entre eux et avec Dieu. » Le Royaume de Dieu, c’est ce pour quoi nous sommes faits, c’est notre bonheur. Cette communion avec Jésus et avec nos frères, c’est donc le but ultime de notre vie et le plus grand bonheur vers lequel nous pouvons tendre. Nous devons donc choisir entre notre orgueil et notre bonheur. Si notre but est de nous suffire à nous-mêmes, non seulement nous serons toujours et encore humiliés de ne pas y parvenir totalement, mais nous nous éloignons de la communion pour laquelle nous sommes faits.

De même, d’une certaine manière, Jésus nous invite à aimer notre péché. Non, rassurez-vous, je ne vous invite pas à offenser Jésus volontairement ! Le mal est quelque chose de dramatique, aux conséquences incalculables, et quand nous faisons le mal, si nous aimons vraiment Jésus, nous en avons le cœur transpercé. Saint Paul nous dit :

« Où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé : ainsi, de même que le péché a régné dans la mort, de même la grâce régnerait par la justice pour la vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur.
Que dire alors ? Qu’il nous faut rester dans le péché pour que la grâce se multiplie ? Certes non ! Si nous sommes morts au péché, comment continuer de vivre en lui ? » (Rm, 5,20b – 6, 2)

Mais Jésus nous dit aussi qu’Il est venu pour les malades et non pas pour les justes. C’est donc souvent pour faire grandir notre communion avec Lui, qu’Il désire encore plus que nous la désirons, que Jésus nous laisse retomber dans le péché, qu’Il ne nous empêche pas de céder à la tentation, alors qu’Il a tout a fait le pouvoir de nous en préserver, si nous le lui demandons. L’attitude d’un petit enfant est alors, tout en regrettant nos fautes, de ne pas nous inquiéter de notre péché. La puissance du péché, c’est nous qui la lui conférons en laissant le mal que nous faisons nous décourager et nous faire hésiter à nous rapprocher de Dieu. Le péché n’est pas un problème pour Dieu : si nous le lui offrons, il n’est plus « qu’une goutte d’eau dans un brasier ardent » (sainte Thérèse de Lisieux).

C’est pourquoi, si le mal que nous faisons, sans cesse et sans cesse, nous pousse à prier toujours plus et à nous confesser très régulièrement — peut-être toujours des mêmes péchés — alors oui, là où le péché se multiplie, la grâce surabonde. De ce mal découle un bien infiniment plus grand. Alors oui, notre péché nous conduit à une intimité chaque fois plus grande avec Jésus, et c’est cette intimité qui, peu à peu, va user en nous la source du péché, et nous en délivrer. Mais ça, c’est l’affaire de Dieu, à nous d’en cultiver le désir.

 

 

Image: 
Bébé
Évaluez cet article: 
Moyenne : 4.3 (3 votes)

Next Page: 25
00 02 04 06 08 10 12 14 16 18 20 22 
2020-08-14 21:57:15